Test Gears of War 3: La fin d'une grande trilogie

Publié le 9 avril 2012

  • Titre: Gears of War 3
  • Développeur: Epic Games
  • Editeur: Microsoft
  • Type: Action
  • Prix: 70€
  • Plateforme: Xbox 360

Par où et comment commencer ? Telle est la question.

Pour certains vous n’êtes pas sans savoir, ou alors vous l’apprenez maintenant, que Gears of War 2 était mon jeu préféré.

Test Gears of War 3: La fin d'une grande trilogie

J’attendais la sortie du 3ème opus comme un messie…pour tout vous dire j’ai pris deux claques dans la gueule en faisant Gears of War 3. Une sur le plan émotionnel et une deuxième sur le plan intensité. Je ne vous le cache pas ce test est loin d’être objectif, je suis un véritable fan de la saga (le premier gears of war était mon premier jeu sur 360, GIVE ME A HELL YEAH!).

Je vais tenter de vous faire partager ce que je pense de ce soft et croyez-moi, j’ai beaucoup de choses à dire!

La plupart des personnes savent que Gears of War raconte l’histoire de Marcus Fenix, un soldat se battant contre des locustes. 18 mois après Gears of War 2 et la perte de Jacinto, on retrouve Marcus et la CGU sur un bateau se nommant « Le nid à faucons ». Un matin, le capitaine de bord demande à Marcus, Dom, Anya de le rejoindre et leur signale la venue du président Prescott, qu’on croyait disparus…Après quelques petits dialogues fort plaisants, Prescott remet un enregistrement à Marcus…l’enregistrement de son père, Adam Fenix, que l’on croyait mort. A partir de là les ennuis vont commencer et les Lambents, race ennemie des Locustes et des humains, vont prendre une part importante dans ce titre. Marcus va chercher son père, il y aura des rebondissements occasionnant beaucoup d’émotion et une fin épique. Le scénario n’est pas exceptionnel, mais il prend aux tripes. Le jeu qui est à la base bourrin, nous fait passer de vraies émotions, qui sont décuplées quand on est fan de la série. Le joueur va découvrir pourquoi on se bat, contre qui on se bat et comment cette guerre a débuté. En gros vous devriez avoir les réponses à, à peu près toutes les questions que vous vous posez…. Pour moi le scénario se révèle une petite surprise, car on ne peut pas dire que c’était un point important dans les deux premiers gears of war. Une idée banale constituée de plusieurs réponses et de rebondissements fait que le scénario se révèle plutôt pas mal. Les scénaristes ont bien travaillé leur sujet, tout comme les développeurs ont bien travaillé les graphismes.

On pourrait penser que l’Unreal Engine 3 prenne un petit coup de vieux…ce qui n’est pas réellement le cas. Préparez-vous à être scotché devant la beauté des décors, des profondeurs, des couleurs, des paysages! Gears of War 3 met une vraie claque. Tout est très détaillé, les effets de lumière sont superbes…Le soft propose une profondeur de champ impressionnante, ce qui permet au jeu de prendre un volume important. Si vous aimez la série, vous avez dû remarquer que Gears Of War 3 est l’épisode comportant le plus de couleur, tout ceci en réussissant l’exploit de garder cette patte visuelle si particulière. Non franchement, c’est l’un des plus jolis jeux auxquels j’ai pu jouer sur console de salon. Le seul reproche que l’on peut faire, comme beaucoup d’autres l’on fait, est que les visages ne sont pas super expressif, parce que je peux vous l’assurer le jeu est superbe d’un bout à l’autre. Les environnements sont très variés ce qui rend le jeu aucunement rébarbatif. Petite comparaison par rapport à Gears of War 2: le 2ème opus misait beaucoup sur les effets, une ambiance hollywoodienne qui flattait la rétine. Ce n’est plus le cas dans Gears of War 3, car Epic Games a beaucoup travaillé l’intensité, toujours est-il que le soft nous offre encore des moments de grandes es, remplis d’émotion.

Je parlais d’intensité quelques phrases plus haut, ceci va m’amener à enchaîner sur le gameplay. En tant que fan de la licence, j’ai rapidement retrouvé mes marques! Tout d’abord, la prise en main est assez aisée, même si les déplacements de Marcus pourront dérouter aux débuts. Il y a toujours le système de couverture que des jeux comme Vanquish se sont inspirés…on retrouve nos bonnes vieilles armes comme le Lanzor qui taille des costards aux locustes et aux Lambents, le Rayon de l’aube, le lance flamme, le Koamax etc… Il faut noter l’arrivée de nouvelles armes dont le Rétro-Lanzer, un fusil à pompe à canon scié, grenade incendiaire etc… Le Rétro-Lanzer est une version du Lanzer beaucoup plus bourrin avec une baïonnette. En gros sur les sensations de jeu vous ne serez pas dépaysé et heureusement parce que c’est la bonne formule. Vous l’aurez compris le jeu est toujours aussi bourrin et il faudra souvent penser à se cacher pour éviter que les balles vous raflent les oreilles. Les exécutions sont plus gores et les ennemis plus robustes. Oui, des ennemis plus robustes c’est possible et ça concerne essentiellement les Lambents pourvus de plusieurs espèces vraiment hideuses. Ces espèces qui se comptent en nombre participent au fait que Gears of War 3 est beaucoup plus intense que les 2 premiers opus. L’action est omniprésente et le jeu est tellement immersif qu’on se croit vraiment sur un champ de bataille. On n’a jamais le temps de respirer, si vous êtes asthmatiques penser à prendre votre ventoline. Epic games a très bien géré cette intensité et cette action, qui aurait pu se révéler barbante.

Parlons I.A maintenant, je dois vous apporter une bonne nouvelle. Vos alliés sont bien moins débiles que ce qu’on avait le droit dans le premier gears of war. Ils vous aideront à vous battre, à survivre, alors qu’auparavant c’étaient des vrais boulets! Au niveau de l’I.A ennemi, elle est couci-couça, tantôt bête tantôt géniale. Vous l’aurez compris, pour les fans de la série il y a quelques petites nouveautés qui font du titre un jeu meilleur et pour les petits nouveaux ce sera une véritable claque. Une vraie claque j’en ai pris une avec la bande-son! Je vais vous expliquer pourquoi. Les voix françaises sont très charismatiques et correspondent superbement au caractère de chacun des personnages et les dialogues sont épiques! Quant à la musique…que dire à part que j’en suis complètement baba? Elle maintient l’énorme intensité que nous offre le jeu et y contribue fortement. Les musiques soutiennent les moments d’action comme les moments d’émotion. (PS: Si quelqu’un peut me passer le titre de la musique de générique je lui en serais très reconnaissant). J’ai été une fois de plus scotché par cette bande-son.

Finissons avec la durée de vie, Epic Games avait promis une campagne solo un peu plus longue que les autres, pari réussi. Il vous faudra en effet une dizaine heure tout juste pour finir le jeu, alors que pour le deux il en fallait 8 et pour le premier il en fallait 6. Il existe un nouveau mode qui vous fera recommencer le jeu accompagné de défis, mode qui se révèle assez sympa. Bien entendu il y a un multi très bon, meilleur que Gears of War 2, qui pondait des bugs à souhait. Sur 360, Gears of War 3 présente l’un des meilleurs multijoueurs du moment. J’ai parlé de tous les aspects du jeu, objectivement ou pas. Je passe tout de suite aux notes.

NOTES:

  • Graphismes: 19/20
  • Gameplay: 17/20
  • Scénario: 15/20
  • Bande son: 19/20
  • Durée de vie: 16/20

NOTE GENERALE: 19/20

Les plus:

  • campagne solo explosive
  • énorme profondeur de jeu- des graphismes excellent
  • ambiance soignée
  • des musiques qui vous collent des frissons
  • un bon multi- un scénario un minimum travaillé

Les moins:

  • IA ennemi parfois débile
  • visage peu expressif
  • gameplay un peu lourd

Conclusion:

Pour moi c’est l’un des meilleurs jeux auxquels j’ai pu jouer. Pour d’autres ce sera un très bon jeu. Gears of War 3 est LE tps de cette génération et s’impose comme l’un des tous meilleurs jeux sur xbox 360. Que ce soit au niveau de la réalisation, de la bande-son, des graphismes, vous en prendrez plein les yeux au fur et à mesure, d’Hanovre jusqu’à la ville en cendres, en passant par la mer…C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai commencé le jeu, c’est avec beaucoup d’émotion que je l’ai finis…que dire de plus? Ah oui, achetez-le vite! Il mérite de figurer parmi votre collection de jeu vidéo!

« Scientifiquement parlant? Il faudrait qu’on lui explose la cervelle par le cul! »