Test Deus Ex: Human Revolution. Quand la technologie dépasse l'humanité

Publié le 30 avril 2012

  • Titre: Deus Ex Human Revolution
  • Développeur: Eidos Montréal
  • Éditeur: Square Enix
  • Genre: FPS / Jeu de Rôle
  • Prix: 30€ neuf
  • Plateforme: Xbox 360, PC, PS3, MAC

Deux Ex Human Revolution…le nom en dit tellement long. En effet, une grande partie des gamers (ayant dépassé ou étant proche de la vingtaine) connaissent le soft Deus Ex, considéré pour beaucoup comme l’un des tous meilleurs jeux au monde… Ion Storm et Eidos Interactive avaient alors, en 2004, réalisé une suite au nom de DeusEx : Invisible War plutôt décevant pour nombre de fans. C’est en août 2011 qu’Eidos interactive et Square Enix nous sortent un 3ème opus, qui pour beaucoup, va perpétuer la légende de la licence. J’en dis pas plus et je passe à l’écriture de ce titre déjà mythique.

Pour commencer je vais parler scénario. Le soft est une pré quelle au premier Deus ex, on est alors en 2027, incarnant un personnage charismatique au nom d’Adam Jensen.

On commence dans le feu de l’action, au siège social de SarifIndustries, leaders en biotechnologie, où Adam Jensen y est chef de la sécurité (et par ailleurs c’est aussi un ancien chef du SWAT). Comme je vous l’ai dit, on commence dans le feu de l’action. En effet SarifIndustries subit une attaque d’un groupe inconnue, occasionnant de gros dégâts sur le personnel et sur le matériel.

Adam Jensen aurait pu ne pas y échapper étant blessé quasi mortellement. La femme qu’il aime, Megan Reed, est tué lors de l’attaque.

Pour sauver Adam, le boss de la compagnie du nom de Sarif, va devoir implanter des augmentations (fléau mondial dans le jeu) afin de remplacer ses bras, ses jambes et une grosse partie de sa cage thoracique. Sarif en profite également pour rajouter des implants neuraux et optiques sur Adam. Petite parenthèse, les augmentations mécaniques se révèlent être un système pour faire d’un simple humain, un mec surhumain.

Ces augmentations sont donc implantées sur Adam pour le maintenir en vie. Six mois après l’attaque, Jensen est sur pied et prêt à en découdre ! Une prise d’otages a lieu dans l’une des usines du groupe et c’est comme ça que commence le gros morceau du soft. Que pensé du scénario ? Et bah on a affaire là à un titre riche et complet. Le scénario est toujours très présent, on apprend des choses au fur et à mesure, Eidos interactive réussit le pari de nous tenir en haleine. Plus qu’un scénario, Deus Ex Human Revolution se pose réellement des questions sur notre avenir, sur les nouvelles technologies. Jusqu’où iront les humains dans l’avancée technologique, quels sont les dangers…tant de question que l’on se pose. Bref, en plus de bénéficier d’un superbe scénario, DeusEx Human Revolution bénéficie également d’une vraie morale.

Vous l’aurez compris, Adam Jensen et Deus Ex sont sur ce point très envoûtant. Je ne vais pas parler tout de suite du cœur du jeu, le gameplay. On va plutôt se diriger maintenant vers les graphismes.

Deux Ex Human Revolution ne bénéficie pas d’un moteur graphique de malade mais en revanche le soft bénéficie bel et bien d’un level design de haut vol. On est forcément dans un univers futuriste étant donné qu’on se trouve en 2027 avec des avancés technologiques majeurs. Adam Jensen, comme tous les personnages en général, possède un charisme impressionnant. Les designers ne se sont pas foutus de nous sur ces nombreux points. Les effets de lumière sont superbes, les bugs graphiquent ne sont pas très présent. Je n’ai d’ailleurs jamais eu affaire avec des bugs de collisions, clipping ou autres aliasing. Les cinématiques bénéficient de graphismes aux petits oignons, nous faisant passer d’excellent moment (surtout qu’a coté le scénario est haletant donc ça rajoute en adrénaline). Que dire de plus… Un moteur graphique qui n’est pas non plus une bombe atomique mais qui possède un Level Design de haut vol … surtout qu’entre Detroit et Hengsha vous allez voir du paysage ^^

Parlons Bande son histoire de vous faire baver ! Les thèmes musicaux futuristes sont géniaux, d’ailleurs le thème principal aime me trotter dans la tête (certains d’entre vous aimeront sans doute faire quelques blagues sur les capacités de mon cerveau en lisant ça^^). Les bruitages ont également été très travaillés ce qui nous offre un rendu particulièrement parfait. Encore une chose, contrairement à d’autres j’ai trouvé le doublage très bien réalisé. D’ailleurs je me prosterne devant le doubleur d’Adam Jensen, j’adore sa voix et ça colle tout à fait au personnage.

Au niveau gameplay ça donne quoi? Et bien c’est du grand travail, du très grand travail. Le jeu est riche, divers, la prise en main très agréable…je vais vous expliquer pourquoi. La carte est ouverte…enfin vous avez des villes ouvertes comme Detroit et Hengsha. Dans ces villes vous aurez l’occasion d’acheter des fournitures, des améliorations, faire un tour à l’hôpital, enquêter, visiter les égouts, trouver quelques missions secondaires par ci par là.

On comprend réellement qu’on est libre de faire ce que l’on veut, mais le mieux reste dans l’approche des missions. Vous souhaitez la jouer bourrin? Soit, équipez-vous bien et essayer d’en sortir vivant…ou alors jouer de finesse en accédant à un endroit via un raccourci, un dialogue, des cachettes. Bref, un objectif peut être accompli de différentes manières, pour ma part je préconise la discrétion, l’infiltration (qui est plutôt corsée, d’un autre niveau que Splinter Cell, mais c’est le plus efficace).

Voilà, on est vraiment libre dans l’approche du jeu (comme dans la perception du scénario). N’oublions pas que Deus Ex reste un RPG, c’est pourquoi nous pourrons améliorer nos améliorations (ça fait répétitif mais c’est comme ça!). Comment? En tuant, assommant des hommes, en piratant etc.pas mal d’action mène à gagner des points, des points que vous consommerez après dans les améliorations. On aborde là un point essentiel du jeu également. En effet, nous pouvons améliorer à peu près toutes les parties du corps, ce qui fait que nous pouvons être plus forts (donc déplacer de lourds objets), prendre moins de dégâts, pirater à haut niveau, tomber d’une certaine hauteur sans mourir etc.Suivant les améliorations que vous faites, vous pratiquerez le niveau différemment.

Par exemple, vous voyez un passage pour passer discret mais il faut tomber de haut, si vous avez amélioré votre résistance alors aucunsouci, Adam Jensen s’en sortira vivant…sinon, c’est la mort assurée. Dans de tels cas, il faut se rendre à l’évidence qu’il y a d’autre solution pour accéder à l’objectif, on retombe alors sur ce que je décrivais tout à l’heure, la liberté. Je mets un point d’honneur à aborder ce sujet car c’est réellement important.

Le piratage tient une place importante dans ce troisième volet de Deusex. Les mini-jeux en eux-mêmes sont simples au début mais beaucoup plus corsés par la suite. Au cours du jeu il y aura des choses à pirater avec un certain niveau (level 5 maximum). Si votre niveau en piratage est inférieur au niveau du PC, alarme etc. alors vous ne pourrez pas pirater. Je recommande alors fortement de monter rapidement le piratage pour plus de confort de jeu et plus de discrétion. Bien entendu si vous n’aimez pas pirater rien ne vous empêche de parcourir les quatre coins du jeu pour chercher des codes d’accès, m’enfin ce n’est pas très productif. Tout au long du soft vous disposerez d’un inventaire ou les armes, soins, munitions et autres seront rangées. Il y a une place limitée, il faudra donc faire des choix niveau armement (à la manière de l’inventaire dans Resident evil 4).

En parlant armement, le tout est assez riche. Colt, fusil à pompe, pistolet-mitrailleur, grenades à fragmentation, IEM, fusil tranquillisant etc. Si vous êtes repéré, ces armes se révèleront très utiles. Pour une approche silencieuse, le fusil tranquillisant est très utile. Si vous n’êtes pas encore au courant, alors j’ai le plaisir de vous informer, Deus Ex-human Revolution se passe en vue FPS, mais on passe en TPS quand on se couvre. C’est loin d’être gênant et c’est même plutôt agréable en phase d’action.

D’ailleurs niveau action, si vous avez envie de botter des fesses va falloir faire attention. L’IA est assez moyenne, une fois que vous êtes repéré vous êtes une cible facile. La précision de l’IA est impressionnante et vraiment énervante parfois, à côté de ça les ennemis ne sont pas très intelligents.

On referme la phase action pour se concentrer sur un autre point essentiel du jeu. Le système de dialogue. Un peu à la manière d’un Mass Effect, nous aurons plusieurs choix de dialogue qui influerontdirectement sur le jeu. Par exemple, vous êtes en face d’un homme avec un otage, vous engager la conversation pour que l’homme relâche l’otage. Suivant les choix de dialogue, le caractère de la personne, le cours donner à l’histoire sera différent (dans un faible rayon, l’histoire restant la même). J’ai trouvé pour ma part ce système de dialogue vraiment brillant, le fait d’avoir en compte le caractère de la personne est un plus non négligeable.

Pour finir je voudrais rebondir sur certains Boss. La difficulté est très mal dosée, soit on s’en prend plein la tronche soit-on y arrivée en 2 minutes. Une fois trouver le point faible de l’adversaire celui-ci devient la plupart du temps assez facile (alors qu’on peut rester coincé des heures sur un boss tant qu’on trouve trouve pas la solution). Bref, le gameplay est vraiment énorme. Deux Ex Human Revolution nous offrent une liberté de déplacement, une liberté de choix, une liberté d’approche. Un seul mot pour décrire le gameplay: énorme.

Notes:

  • Graphisme: 18/20
  • Gameplay: 19/20
  • Bande son: 17/20
  • Scénario: 17/20
  • Durée de vie: 16/20

Note Générale: 18/20

Les plus:

  • Une écriture complètement énorme
  • Une bonne bande son (mention au thème Icarus)
  • Un level design de haute volé
  • Adam Jensen charismatique
  • Défi à relever

Les moins:

  • IA faible
  • des temps de chargement interminable

Conclusion:

Un jeu vraiment excellent et qu’on ne retrouve nul par ailleurs. Le scénario est haletant, le jeu nous offre une liberté vraiment gigantesque, la bande-son nous offre des musiques cultes (ex: thème Icarus pour ceux qui veulent aller voir sur YouTube). Le travail des développeurs est vraiment exceptionnel! Un jeu que je conseille à tout le monde évidemment, enfin, aux plus aguerris des gamers.

« Corporations are so big, you don’t even know who you’re working for. That’s terror. Terror built into the system. »