Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

Publié le 28 août 2013
Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

Titre : Fire Emblem Awakening

Éditeur : Nintendo

Développeur : Intelligent Systems

Genre : T/RPG

Support : Nintendo 3DS

Prix : env. 50€

Fire Emblem est un jeu très célèbre au Japon mais ce dernier reste encore un peu méconnu des joueurs occidentaux, ce qui est bien dommage. Le dernier opus étant sorti dans notre contrée remonte à 2008 puisqu’il s’agit de Radiant Dawn sur Wii. C’est donc avec un immense plaisir que nous accueillons l’épisoide Awakening sur 3DS. D’autant plus que la licence d’Intelligent Systems a failli s’éteindre, faute à des ventes en demi-teinte.

Nous voici donc maintenant parti pour vivre une aventure totalement épic. Cependant avant de se lancer à corps perdu dans des batailles féroces, il vous faudra commencer par créer votre propre avatar qui sera d’ailleurs un personnage de premier plan dans l’histoire narrée.

Ainsi l’on pourra déterminer le sexe de notre avatar, son aspect et son profil. Voix, coupe de cheveux, prénom, atout, défaut… seront donc des éléments customisables selon vos préférences. Néanmoins les choix ne sont pas non plus faramineux. Un peu à la manière de Dragon Quest IX, on peut vite se retrouver avec des personnages identiques à ceux de nos amis, les possibilités étant finalement limitées. Enfin à la surprise générale, la licence semble vouloir élargir son public en simplifiant le jeu. Par conséquent dans cet opus, la mort d’un personnage n’est plus définitive. Ce dernier réapparaissant lors d’une prochaine bataille. Il est même possible de sauvegarder en plein combat. Néanmoins que les adorateurs de Fire Emblem ne s’inquiètent pas pour autant, car il est toujours possible de jouer dans des conditions iques en optant pour le niveau de difficulté adéquat. Une fois ces étapes effectuées, on peut maintenant plonger dans une histoire passionnante qui prendra en consistance au fil du temps.

Comme les fans de la licence doivent certainement le savoir, le scénario d’un Fire Emblem repose toujours sur des guerres menant à des alliances et conflits politiques. On retrouve donc bien sûre cette formule dans cet opus.

Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

« Graphiquement, Fire Emblem Awakening est incontestablement une réussite »

Ainsi au tout début de l’histoire, notre avatar se retrouve totalement inconscient et c’est Chrom, Veilleur du royaume d’Ylisse qui va nous retrouver en compagnie de sa sœur Lissa et de son bras droit Frederick. Juste avant se réveille difficile, on assiste à un étrange rêve dans lequel on soutient l’homme qui nous a justement porté secours, dans un combat contre un puissant mage noir. Une fois nos yeux ouverts, c’est avec stupeur que l’on se découvre amnésique. Comment nous appelons nous, d’où venons-nous et qui sommes-nous seront des réponses à trouver d’autant plus qu’étrangement, le seul souvenir intact qu’il nous reste se résume en un mot… Chrom. Sans savoir réellement pourquoi, nous connaissons déjà le nom de ce Veilleur au cœur pur.

Bien que toutes ces questions restent en suspens, l’heure n’est pas à la réflexion car sur le chemin du retour un village se fait malheureusement attaquer par des brigands. En tant que veilleur, Chrom se doit donc d’intervenir mais il ne sera pas seul. En homme courageux que l’on est, nous allons nous aussi prendre part à la bataille afin de sauver les villageois. Cette attaque surprise est orchestrée par un royaume voisin, Plégia, qui souhaite dominer le monde, obtenir l’emblème de feu d’Ylisse, un objet déterminant pour la survie de tous mais aussi et surtout ressusciter un dragon maléfique. Après toutes ces péripéties on pensait donc pouvoir souffler un peu mais c’est tout le contraire. À la grande stupeur de Chrom et Lissa, une étrange faille va s’ouvrir dans le ciel. Bien entendu, il s’agit là d’une nouvelle menace car il va sortir de cette dernière des ennemis très tenaces. Heureusement pour eux une personne dont nous tairons l’identité ici va arriver de cette brèche pour les sauver.

Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

Le scénario reste donc ique mais attention, comme cité plus haut ce dernier va monter crescendo, apportant son lot de surprises et rebondissements en nous faisant passer par différentes émotions.

Faisant partie des piliers du T/RPG, le soft d’Intelligent Systems garde un principe bien connu des joueurs de la licence quant aux déplacements des troupes. On voit donc notre armée se retrouver sur diverses maps où les déplacements s’effectuent via un système de cases. Cette règle essentielle mettra votre courage à rude épreuve. Le mode de déplacement oblige à prendre en compte de nombreux paramètres pour savoir si oui ou non, nous pouvons donner l’ordre à un membre allié d’attaquer. Pour cela, nous disposons d’un véritable tableau de bord avec une interface riche en informations tant sur nos braves soldats que sur les ennemis. Ces informations présentées sous la forme de pourcentage, nous indiquent le taux de précision de notre attaque mais également les chances de réaliser un coup critique et les dommages infligés. Il en va de même pour le camp adverse. Cela s’explique par le fait que durant un duel, on laisse le choix aux joueurs de l’arme à utiliser. Par conséquent selon votre choix les stats s’en verront modifiées car les armes mises à disposition répondent à une logique bien précise. Par exemple un soldat muni d’une épée aura l’avantage sur un opposant brandissant une hache. Cependant la hache est supérieure à la lance.

Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

« Il faut penser collectif et non individuel »

Il y a encore bien des données que l’on peut observer ici et là mais on ne sera à aucun moment perdu, celles-ci étant correctement mises en valeur grâce à une interface ergonomique. Puisque nous parlons combat, cela nous amène maintenant à parler d’une des nouveautés de ce Fire Emblem. Le système de duo. Il a la particularité de faire combattre deux unités à la fois. Le duo peut se former de deux façons différentes.

* La première consiste simplement à mettre côte à côte les unités en question.

* La seconde possibilité est de rassembler deux personnages sur une même case.

Vous devrez recourir à ce principe plus d’une fois car laisser un membre de votre armée seule est souvent synonyme de mort. Pourquoi me direz-vous ? La réponse est simple. L’IA se révèle être un fin stratège, il se dirigera le plus souvent vers votre unité la plus faible. Le soutient de deux unités est donc essentiel pour arriver au terme d’un combat. La démarche n’en sera que bénéfique puisqu’elle permettra de booster les capacités de votre personnage. Ainsi vous profiterez de bonus de précision, d’esquive, de coup critique… Votre allié quant à lui pourra bloquer les coups adverses voir porter une contre-attaque.

Ces augmentations ne durant que le temps d’un combat sont quasi inexistantes au tout début de notre péripétie. Voilà donc la raison d’intégrer ce système de duo. Plus des unités combattront ensemble et plus le lien qui les unis sera important. Les boosts seront donc de plus en plus présents. Le niveau d’affection entre personnages va aussi au-delà des simples rixes. Entre homme et femme, cela peut aller jusqu’au mariage et déboucher sur des naissances. Par la suite, il nous sera possible de recruter les progénitures de nos valeureux guerriers et de les enrôler dans notre armée qui comptera de plus en plus de fidèles au fil de l’aventure. Afin d’avoir un aperçu de l’entente entre Veilleurs d’Ylisse, on pourra accéder via le menu à une icône « Caserne ». Un peu à la manière de quelqu’un qui essaye de regarder par une fenêtre discrètement, vous verrez tout ce qui se passe entre eux. Il s’agit là en quelque sorte du QG principal de notre redoutable armée. Il sert à appuyer le système de « soutien » que l’on peut retrouver lui aussi dans le menu et qui donnera lieu à de nombreuses discussions. Dispute, blague, demande en mariage, vous assisterez à tous. Ces phases de dialogue sont d’ailleurs très bien construites et reposent en grande partie sur l’humour.

Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

Ce côté un peu foufou qui tranche radicalement avec un thème aussi sérieux que la mort et la destruction semble donc sonner comme une fausse note, sauf que non. Cette décontraction permet de s’attacher aux nombreux personnages et de leur créer une identité propre à la manière des personnages dans Professeur Layton. Chaque individu a une personnalité, l’un est totalement coincé en présence d’une femme tandis que l’autre est une véritable tête en l’air allant jusqu’à oublier son arme avant un combat. Le changement de e n’y changera cependant pas grand-chose. Et oui autre élément de gameplay très important hormis le système duo, le joueur aura la chance de pouvoir effectuer des changements de es. Offrant bon nombre de possibilités, cette modification n’est possible qu’à partir du niveau 10 et se fera via un item (Magister) acheté en boutique. Il est évidemment conseillé d’atteindre le niveau 20 avant de devenir chevalier pégase par exemple. Ainsi les attributs seront beaucoup plus élevés.

Vous serez également capable de manier de nouvelles armes ou bien d’utiliser la magie. Tous ces moyens d’anéantir l’ennemi ne sont toutefois pas acquis de façon définitive. À la suite d’un combat, votre arme ou bien votre tome de magie perdra un point d’utilisation puisque la durée de vie de ceux-ci est limitée. Il faudra donc régulièrement faire le point sur votre arsenal. S’il s’avère que le stock est insuffisant, un tour en boutique s’impose. Disséminé partout sur une map où l’on circule librement qui rappellera The Sacred Stones, les boutiques permettront d’acheter des armes mais également de les forger contre rétribution. Pour trouver de l’argent il n’y a pas mille et une façons. Il peut se récupérer sur les troupes adverses ou dans des coffres. Tel un voleur vous devrez ainsi récolter tous ces lingots d’or pendant les phases de combat.

Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

« Les maps sont sobres mais lisibles »

Ces dernières se déroulant sur un damier géant, vous aurez le loisir d’évoluer sur des cartes sobres ayant chacune leur spécificité. En effet, selon la topographie du terrain (désert, falaises…) ,les déplacements ne seront pas toujours aisés. Sur votre chemin pourra se trouver montagnes et cours d’eau. Faire avancer ses troupes de manière intelligente devient donc un petit casse-tête. Dans l’ensemble, les différents lieux d’affrontements sont basiques. L’effet 3D n’est pas vraiment transcendant ici. Par contre il prend toute son ampleur durant les cinématiques et les duels entre deux unités. Les cinématiques sont vraiment très soignées et non rien à envier à celles de FE: Radiant Dawn. C’est un régal pour les yeux bien que l’on soit sur console portable.

Viens ensuite les rixes, et là que dire. La profondeur de champ est vraiment poussé à un haut niveau un peu comme le récent remake d’Ocarina of Time. En plus de cela, il est possible de choisir un type de caméra spécifique. Trois choix s’offrent à nous. Une vue de profil plus ou moins ique. Viens ensuite la vue dynamique, certainement la plus intéressante puisqu’elle permet de voir les affrontements sous différents angles. Plus dynamique, elle présente toutefois un petit défaut. Par moments la caméra se perd et ne suit plus le combat correctement. Il devient donc nécessaire de la réajuster à l’aide du stick.

Enfin l’on peut opter pour une vue façon FPS. Assez original, cela permet de voir au travers des yeux des combattants et de se retrouver au cœur de l’action. Les animations des personnages sont telles qu’à aucun moment il nous viendrait à l’idée de les passer. Ces derniers ont d’ailleurs un chara-design vraiment réussi et pouvant même changer du tout au tout grâce à la fameuse modification de e. Le seul bémol que l’on puisse attribuer au soft, c’est l’absence de pieds. En effet les personnages semblent comme être enfoncés dans le sol. Cela fait un peu tâche puisque hormis ce défaut, FE: Awakening est époustouflant par la beauté qu’il dégage.

Il en va de même pour les musiques qui sont tout simplement une pure merveille. Variées, elles sont toujours en parfaite adéquation avec ce qui se passe à l’écran et participe grandement à l’immersion émotionnelle de cet épisode. Chaque mélodie s’associe aux nombreuses cinématiques et dialogues de façon naturelle et sonne comme une évidence. Elles pourront nous faire rire, frisonner et même pourquoi pas verser une petite larme. Il va donc sans dire qu’il n’est pas surprenant que l’on se laisse porter par la bande-son de FE: Awakening et que l’on ressente continuellement des sentiments comme la rage de vaincre. Il est également bon de préciser que les dialogues sont très bien traduits et que le joueur a la possibilité d’opter pour des voix anglaises ou japonaises.

Reste maintenant à aborder un dernier point, la durée de vie. Ici encore c’est du tout bon. Il faudra en effet une trentaine d’heures avant de finir le jeu complètement en comptant les missions annexes. À cela il convient de rajouter les fameux DLC. Bien que très intéressant puisque ceux-ci permettent de jouer de nouveaux chapitres et découvrir de nouvelles cartes entre autres, cela peut rapidement devenir chère. Reste que le soft est vraiment, mais alors vraiment addictif. Vous aurez beau avoir terminé le jeu que vous ne décrocherez certainement pas tout de suite.

NOTES :

  • Scénario : 18/20
  • Gameplay : 18/20
  • Graphisme : 18/20
  • Bande-son : 19/20
  • Durée de vie : 19/20

NOTE GENERALE : 19/20

Les plus :

  • Des personnages attachants
  • Les animations durant les combats
  • Une durée de vie monstre
  • Le système de duo

Les moins :

  • Les pieds des personnages qui ne sont pas modélisés
  • Les DLC qui peuvent rendre la note assez salée
  • …et c’est tout

L’avis de Linky : Intelligent Systems nous livre là un jeu proche de la perfection et offre indéniablement à la 3DS un jeu de qualité. Il serait donc vraiment dommage de passer à côté. Les développeurs ont tous fait pour faire de cet épisode, un ique de la licence en reprenant des bases et en ajoutant quelques nouveautés comme par exemple le système de duo et le mode facile pour des néophytes souhaitant découvrir la licence qui a toujours eu la réputation d’être un jeu difficile. Beau, épic, émouvant, Fire Emblem a tous pour plaire et risque de s’imposer comme étant LE jeu de la 3DS cette année.

Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

« Dis moi… Qui t’a appris à te battre comme ça ? »


0 commentaire sur “Test Fire Emblem Awakening, le nouvel emblème de la 3DS

    occazwine

    (25 septembre 2013 - 12 h 32 min)

    Occazwine.com, réseau marocain d’achat et de vente d’articles d’occasion.
    Retrouvez avec le réseau Occazwine tous les produits d’occasion au meilleur prix.
    http://www.occazwine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *