Test Ridge Racer 3D: l'arcade sur 3DS, paris réussi?

Publié le 10 septembre 2012

  • Titre: Ridge Racer 3D
  • Éditeur: Namco Bandai
  • Développeur: Namco Bandai
  • Prix: 45€ env.
  • Genre: Course
  • Joueur: 1 à 4 joueurs (local)

La licence Ridge Racer débarque sur 3DS, le jeu en a-t-il sous le capot, réponse dans ce test. 3, 2, 1… Go

On connaît tous plus ou moins la série Ridge Racer, mais oui, vous savez ce jeu de course orienté Arcade qui tant vers le plaisir de jeu immédiat. Avant de débarquer sur console et plus précisément sur la Playstation première du nom en 1993, la licence a d’abord été connu du grand public via notre bonne vieille borne d’arcade. À l’époque ce titre était LA référence des jeux de courses automobile. Toutefois au fil des années la licence a perdu de son éclat et a été reléguée au second rang. Le contrôle technique est donc de rigueur pour savoir si le jeu parvient à enflammer le bitume.

1ère étape: La tenue de route?

Comme cité précédemment, Ridge Racer a toujours été orientée arcade et ce n’est pas cet énième épisode qui va déroger à la règle.

Une fois de plus nous nous mettons au volant de bolides ultra-rapides avec comme principale règle de ne jamais lâcher l’accélérateur ou presque car l’atout de ce titre réside dans la maîtrise du drift. En effet l’ensemble des circuits ont été conçus pour faire chauffer les pneus. Un simple braquage vers la gauche ou la droite et le véhicule dérape. La prise en main se veut donc assez simple, efficace, et un poil nerveuse.

En ce qui concerne la vitesse on embarquera dans notre voiture un kit de nitro que l’on peut personnaliser moyennant une certaine somme d’argent, argent que l’on remporte à chaque victoire d’un circuit. La nitro se matérialise par des jauges que l’on actionne avec les touches L et R. Ces jauges en question se remplissent de diverses façons, en dérapant, en prenant l’aspiration derrière vos concurrents ou bien de façon automatique tout dépend du type de nitro que vous déciderez d’installer sur votre véhicule.

2ème étape: belle carosserie?

N’y allons pas par quatre chemins, le jeu n’est pas aussi attirant à regarder qu’une Ferrari. Au départ, celui-ci est relativement plaisant à contempler, le nombre de circuits semble assez conséquent avec divers décors, ville, montagne enneigée ou encore canyon, qui sont vraiment agréable à observer malgré les pointes de vitesse que l’on atteint. Les véhicules sont correctement modélisés et sont personnalisables au niveau des couleurs et types de peintures.

Toutefois lorsque l’on n’y regarde d’un peu plus près les différents environnements sur lesquels nous concourrons s’avèrent très vite répétitifs et lassants. On ne peut que constater le cruel manque d’inspiration des développeurs qui ce sont contenter d’inclure un nombre de circuits finalement assez restreint pour ensuite les proposer une seconde fois mais en mode inversé. Quant aux bolides de courses que nous devons maîtriser, il s’avère que malgré une modélisation correcte on observe ici et là des véhicules parfois entachés par de petits pixels.

La réalisation graphique n’est donc pas exempt de tout reproche. Le soft bénéficie toutefois d’un rendu 3D assez bluffant, celle-ci a été travaillée et poussée autant que possible afin de créer de belles perspectives, ce qui compense le manque de finesse du titre.

3ème étape: un moteur V12 au son parfait?

Ridge Racer 3D par sa catégorie de jeu de courses arcade tente de nous faire décoller de manière simple et efficace, par le biais de sons plutôt orientés pops-électro assez abondant, sans jamais vraiment y parvenir. Les musiques sont dans l’ensemble agréable à écouter mais n’arrivent pas à créer une vraie symbiose avec le soft. A noter que le rythme des musiques s’accélère au fil des compétitions.

Les bruitages quant à eux sont de bonne facture c’est un vrai régal que d’écouter tous ces pots d’échappement qui chantent en choeur et passent les vitesses une à une. Le crissement des pneus sur le bitume est également fidèlement retranscrit, autant dire que de ce point de vue-là le jeu est une réussite. Toutefois les commentaires qui sont faits durant les courses peuvent rapidement devenir irritants.

4ème étape: un plein d’essence suffisant?

Ce Ridge Racer nous propose deux modes de jeu, à savoir un mode solo composé de plusieurs sous-catégories comme le Grand Prix, qui s’avère être assez long mais aussi très répétitif. En plus de ça, le niveau est relativement simple car l’IA fait plus office de checkpoint à passer que d’un véritable adversaire. Nous avons également les courses standard, le contre-la-montre ou bien encore les courses dites modèles uniques qui nous ferons prendre le départ d’un circuit avec nos concurrents dans le même véhicule.

Ensuite il y a le mode versus qui permet de voir s’affronter deux à quatres pilotes de façon individuel ou en équipe. Il sera aussi possible d’affronter les fantômes d’autres joueurs que vous croiserez dans la rue via la fonction Street Pass. Nous pouvons cependant déplorer l’absence d’un mode en ligne qui aurait permis d’apporter un second souffle au jeu tant celui-ci perd vite de son intérêt en solo du fait de son extrême redondance.

Notes:

  • Jouabilité : 15/20
  • Graphisme : 14/20
  • Bande-son : 15/20
  • Durée de vie: 12/20

Note Générale: 13/20

Les plus:

  • Une 3D très bien exploitée
  • De bonne sensation de vitesse

Les moins:

  • La répétitivité du titre
  • Pas de jeu en ligne
  • esthétiquement moyen

Conclusion:

Cet épisode Ridge Racer bien que profitant d’une 3D très bien travaillée pour l’occasion ne se révèle pas comme étant être Le jeu de courses par excellence sur Nintendo 3DS, le titre étant très répétitif on enchaîne les courses sans trop de difficultés et au final on reste sur sa faim.

« L’arcade, le drif, la vitesse et le fun en 3D »