Test Rayman Legends, quand la Croisée des Rêves tourne au cauchemar

Publié le 4 octobre 2013

  • Titre: Rayman Legends
  • Éditeur: Ubisoft
  • Développeur: Ubisoft Montpellier
  • Genre: Plates-formes
  • Prix: env.50€
  • Support: Wii U, 360, PS3, VITA, PC

Rayman Legends, on s’en souviendra pour longtemps tant en bien qu’en mal. En effet après moult rebondissements, le jeu au héros sans bras ni jambes est enfin disponible. Repoussé de plusieurs mois, la colère des joueurs était légitime d’autant plus que le soft est passé d’exclusivité Nintendo à jeu multi-support. Ceci allant même jusqu’à déclencher l’incompréhension des développeurs. Cependant ce temps d’attente n’aura pas été vain puisque la team d’Ubi en a profité pour peaufiner son bébé pour notre plus grand plaisir.

Si vous avez joué à Rayman Origins vous retrouverez très rapidement vos marques, le jeu se déroulant à nouveau dans la Croisée de Rêves qui n’a de rêves que le nom. C’est donc sans surprise que l’on devra parcourir ce monde dans lequel le cauchemar a pris le pouvoir. Mais comment est-ce possible me direz-vous et à qui la faute. Il ne faut pas chercher bien longtemps pour comprendre que cette situation est le fruit de plusieurs décennies de sommeil, Rayman et Globox ayant sombré dans un repos éternel… ou presque.

Cette hibernation a donc permis à tout un tas de monstres de proliférer et de faire de la Croisée des Rêves un endroit ou l’on ne se sent plus en sécurité. Tous ces petits monstres en ont même profité pour capturer les fameux ptizêtres. Afin de remédier à cela un nouveau personnage va entrer en scène pour réveiller Rayman et Globox grâce à la méthode de la bonne vielle baffe. Il s’agit bien évidemment de Murphy la grenouille qui sera d’un si grand secours pendant l’aventure dont nous vanterons les mérites plus bas.

Une fois la baffe envoyée, on pourra se rendre compte que l’étrange créature appelée le Bulleur est encore présent mais dans ce qui semble être au premier abord un musée rempli de tableaux. En vérité ces derniers sont plus que de simples toiles. C’est le résultat de cette longue période de sommeil qu’a subi la Croisée des Rêves. Les monstres ont donc eu la liberté de faire ce que bon leur semble. Ainsi les tableaux présents sont les cauchemars ayant contaminé les belles terres des Ptitzêtres.

« Partir à l’aventure à plusieurs c’est prendre le risque de jouer la carte des coups bas »

Le scénario n’est donc pas un critère de premier plan. Restant dans un certain icisme (le sauvetage des Ptitzêtres), il n’est qu’un prétexte pour parcourir l’ensemble des niveaux du jeu accessibles via les tableaux magiques qui sont en réalité des portails nous donnant accès aux différents mondes, chacun ayant une thématique bien précise.

Au total, cinq mondes seront à visiter, ce qui ne fais pas moins de 120 niveaux à parcourir en plus d’un tableau secret à débloquer. Le voyage sera de ce fait au rendez-vous car Rayman Legends est une invitation à la culture et est donc destiné à tout le monde. En effet vous aurez le loisir d’arpenter un monde à la culture très mexicaine, tandis qu’un autre vous invitera à revivre 20 000 lieues sous les mers (20 0000 Lums sous les mers) ou encore Jack et le haricot magique.

Comme cité plus haut les personnes ayant déjà jouées à Rayman Origins retrouveront très vite leurs marques, le soft étant construit quasiment de la même façon. Pendant l’exploration des différents niveaux il vous sera toujours demandé de récolter un maximum de lums pour obtenir la médaille d’or ainsi que de sauver les 700 ptitzêtres qui se sont fait enlever. Hormis cela on peut noter quelques changements par rapport à Origins. Cette fois-ci nous avons des niveaux de courses poursuites non pas après des coffres rouges pour récupérer une dent mais après de méchants ptitzêtres. D’ailleurs il faut aussi savoir que des princesses devront être libérées via des chapitres spéciaux. Ces dernières étant toutes basées sur le design de barbara la Viking.

« Rayman Legends est une vraie réussite sur le plan visuel »

D’autres tableaux feront également leur apparition durant votre périple pour sauver la Croisée des Rêves. Ceux-ci étant nommés très sobrement envahis. Le principe est simple. Vous avez 60 secondes pour sauver trois malheureux ptitzêtres. Si vous tardez trop la mission risque d’échouer vu que des paliers ont été mis en place. Cela veut tout simplement dire qu’au bout d’un certain temps les ptitzêtres seront éjectés les uns après les autres. Rapidité et adresse seront donc vos armes pour réussir. Enfin n’oublions pas le plus important, les niveaux musicaux qui sont des plus réussi.

Ici ce ne sont pas vos réflexes qui vous sauveront la mise, il suffit juste de mettre en éveil votre sens de l’ouïe pour sauter et frapper au bon moment. Excepté les reprises de chansons ultras populaires comme Eye of the Tiger, les différents thèmes musicaux sont tout simplement une pure réussite et collent parfaitement bien à chaque thématique abordée. Ainsi pour ne citer qu’un exemple, dans les levels d’infiltrations on se laissera plonger dans une atmosphère sombre et angoissante sur un fond de musique très Bondesque (James Bond). Puisque l’on parle ambiance, le level design nous en met plein la vue. Avec son propre moteur graphique (UBIArt Framework), le studio français à hisser Rayman Legends deux tons au-dessus d’Origins. Plus beau et plus fin tel un tableau de Claude Monet, on en prend plein les yeux que ce soit devant les différents jeux de lumière ou bien pendant les combats face aux Boss (qui sont pour la plupart des dragons) modélisés en 3D.

Bien que l’on ait la joie de naviguer dans des mondes aussi colorés que variés on se rend compte très rapidement que la structure du jeu est linéaire. Ainsi l’on enchaîne les niveaux iques, viens ensuite le combat contre le boss puis le niveau musical. Dans tout ça on en aurait presque oublié le GamePad et Murphy.

« Murphy est un allié de taille qu’il ne faut surtout pas négliger »

Une fois de plus c’est du tout bon. Comme avec ZombiU, Ubisoft a vraiment compris le principe du jeu asymétrique et les possibilités que cela peut apporter. Murphy est vraiment un personnage de premier plan pour celui qui souhaite l’utiliser. La grenouille dispose d’un nombre conséquent d’action à effectuer. Elle peut monter ou descendre des plateformes ou les faire pivoter à 360°, couper des cordes, chatouiller les monstres afin de les rendre vulnérables, colorer les lums pour en augmenter le nombre récolté ou encore stopper des boules de feu. Le rôle de ce petit héros n’est pas anodin lorsque l’on joue à plusieurs. Sans l’intervention de Murphy on peut se voir très rapidement bloqué. Toutefois comme tout le monde le sait, les parties en multi peuvent rapidement tourner au vinaigre si l’un des joueurs n’a aucun scrupule et aucune pitié que ce soit.

D’ailleurs il est possible de réunir 5 personnes sur le titre, Wiimote et Nunchuck pouvant toujours être utilisé en plus du GamePad et du Pro Controller. Tout ce beau monde pourra même s’affronter lors d’un match de foot revisité à la sauce Rayman via le mode Kung-Foot. Ce dernier consiste à frapper à la fois son/ses adversaire(s) en plus du ballon. À quatre cela devient du grand n’importe quoi mais autant dire que la rigolade sera de la partie.

Rayman Legends est donc aussi plaisant à jouer en solo quand multi, ce qui lui octroi une durée de vie plus que convenable pour un jeu de plateforme. De plus, les développeurs en ont profité pour intégrer les meilleurs niveaux d’Origins. Certes, cet ajout est mineur mais il a le mérite d’être présent et fera office de découverte pour les joueurs qui n’ont pas eu la joie de pouvoir y jouer. À savoir que le mode Challenge est lui aussi présent. Ainsi vous pourrez tenter de faire le meilleur temps ou de courir le plus loin possible pour comparer votre score en ligne face aux joueurs du monde entier.

Notes:

  • Scénario : 14/20
  • Gameplay :18/20
  • Graphisme : 19/20
  • Bande-son : 18/20
  • Durée de vie : 16/20

Notes Générales: 18/20

Les Plus :

  • L’utilisation ingénieuse du GamePad
  • L’univers enchanteur
  • Graphiquement époustouflant

Les Moins :

  • Le comportement de l’IA lorsque l’on contrôle Murphy est perfectible
  • Plus l’effet de surprise comme c’était le cas avec le premier épisode

L’avis de Linky :

Rayman Legends a fait beaucoup de bruit avant sa sortie. Le temps perdu pour les joueurs à attendre le soft aura néanmoins permis aux développeurs de parfaire ce dernier. Un moteur graphique qui fait des merveilles, un GamePad bien exploité et une bonne durée de vie font de ce titre un essentiel. Vous aurez donc compris qu’il serait regrettable de ne pas profiter de Rayman Legends surtout si vous n’avez pas joué à Origins.

« Pas de bras, pas de jambes…mais tellement fort »

la croisee des reves rayman