Test Wolfenstein II the New Colossus

Publié le 4 décembre 2017

Test Wolfenstein II the New Colossus

Wolfenstein II The New Colossus est un FPS* sorti le 27 octobre 2017 sur PS4, XOne et PC. Il devrait sortir sur Switch courant 2018.

Le titre est la suite directe de Wolfenstein The New Order. Il est édité par Bethesda Softworks et développé par le studio suédois MachineGames. Studio également en charge des deux précédents épisodes que sont Wolfenstein The Old Blood (préquelle de ce triptyque, sorti en 2015 sur PS4, XOne et PC) et Wolfenstein The New Order (sorti un an plus tôt, en 2014 sur PS3, PS4, 360, XOne et PC). L'ordre chronologique scénaristique est donc : The Old Blood - The New Order - The New Colossus.

Autant dire que MachineGames signe le renouveau de la licence. Après l'opus mitigé (mais loin d'être désagréable) du sobrement intitulé Wolfenstein (2009, Raven Software / Activision).

* FPS : First Person Shooter / Jeu de tir en vue subjective (ou 1ère personne).

Test Wolfenstein II the New Colossus

Un réalisation honnête, techniquement perfectible.

La première chose qui saute aux yeux, est que le jeu est bien plus beau que ses deux grands frères. Développé sur le moteur 3D "id Tech 6", contre la version 5 pour les précédents opus. Old Blood et New Order étaient déjà très agréables à l'œil, mais marquaient encore la transition entre deux générations de consoles.

Le jeu est beau, même si techniquement, on était en droit d'en attendre un peu plus. Les textures sont globalement assez nettes, bien que certaines demeurent encore trop floues. Ce qui n'empêche pas le jeu de paraître bien plus réaliste, avec de beaux effets de lumière, ainsi qu'un rendu de l'eau plutôt agréable. Sans parler de certains effets de particules lors des gunfights, comme les explosions, les étincelles ou les gerbes de feu qui viennent vraiment renforcer le plaisir de jeu. Cela dit, in-game, le rendu global reste très satisfaisant. Une fois encore, la direction artistique et le character design font mouche. Avec des protagonistes hauts en couleurs, des armes et de la technologie nazie vraiment stylées.

Test Wolfenstein II the New Colossus

Dans l'ensemble le jeu nous gratifie d'une VF de qualité, avec des dialogues souvent savoureux. Certains personnages secondaires, bien sûr, sont toujours un peu surjoués. Notre héros, Blazkowicz, toujours aussi badass, est doublé par Patrick Poivey, la voix française de Bruce Willis. Certains joueurs regretteront son ancien interprète, Patrick Béthune (Kiefer Sutherland, Russell Crowe, Robert Redford etc.), qui vient malheureusement de nous quitter des suites d'un cancer. Les voix allemandes sont quant à elles très réussies. Autant que les bruitages et les musiques. Le tout collant parfaitement au contexte "résistance" que nous évoquerons tout de suite.

Test Wolfenstein II the New Colossus

Un Level design réussi, mais manquant de variété.

Le level design est bien adapté au contexte uchronique du jeu. L'Allemagne nazie, victorieuse de la seconde guerre mondiale, nous projette dans de sombres années 60. Précédemment, les bannières nazies flottaient sur toute l'Europe. Ici l'Aigle du Reich plane sur les Etats-Unis, et c'est au tour de l'Oncle Sam de subir les affres de l'occupation. Certains niveaux sont vraiment réussis, avec une légère tendance "couloirs semi-ouverts". Propices à l'exploration de chaque recoin, en quête des nombreux objets cachés. Mais passée la surprise des premiers niveaux, le manque de variété commencera à se faire sentir. D'autant que le cheminement manque quelque peu de cohérence. On passera souvent d'un niveau à un autre sans ménagement. Et malgré les indéniables qualités narratives du titre, on a parfois le sentiment d'être brusquement injectés là où les développeurs le souhaitent.

Test Wolfenstein II the New Colossus

En dehors du sous-marin, QG de la résistance, on devra se contenter de villes en ruines et de bases nazies. Un passage à bord d'un train, et deux autres dont nous tairons la nature, viendront quelque peu égayer la progression. Avant de finalement nous ramener, dans une base précédemment visitée. On aurait apprécié un passage en forêt, menant à un château, lequel abriterait en son sein un laboratoire sordide. De la grosse pierre, des armures, et quelques passages secrets... La marque de fabrique des Wolfenstein en somme. Sans tomber dans le cliché ou la redite, cela aurait été l'occasion d'insuffler, ce coup-ci, un peu de variété dans le gameplay, avec quelques phases d'infiltration et de sniper. Fusil à lunette, grand absent de la partie, qui manque finalement cruellement à l'arsenal, autant qu'au gameplay.

Test Wolfenstein II the New Colossus

Un Gameplay fluide et efficace, bien que trop classique.

Le gameplay des deux précédents Wolfenstein étaient déjà bien au point. Malgré une légère raideur dans le coup de couteau ou le fait de s'accroupir. Ici, le gameplay a été peaufiné. Chaque action est ultra fluide, et les commandes répondent au doigt et à l'œil. Ça envoie du plomb et les gunfights sont hyper nerveux. On arrose copieusement l'ennemi d'un fusil d'assaut dans chaque main, avant de sprinter le finir à la hachette. Juste joussif.

Test Wolfenstein II the New Colossus

On regrettera cependant le classicisme du gameplay, qui aurait pu nous proposer un peu plus de variété dans son approche. Quelques phases de snipe et d'infiltration, à un moment précis, auraient vraiment été appréciables. Si l'on peut assassiner furtivement les deux premiers ennemis d'une zone, il faudra tout de même faire preuve de patience. Avant de se faire finalement repérer, et d'ouvrir le feu comme un sauvage. Mais il faut bien reconnaître que faire parler la poudre, et fumer du nazi, c'est la raison d'être d'un Wolfenstein.

Test Wolfenstein II the New Colossus

On pourrait aussi lui reprocher des sauts qui auraient pu être un peu plus permissifs. On n'accède pas toujours aux endroits en hauteur. De même que l'absence de boss final pourra décevoir certains joueurs. Finalement, le gameplay est à l'image du level design. Bien qu'efficaces, les deux manquent de variété et d'audace.Cela dit, manette en main, le plaisir est bien présent, et on jubile totalement devant l'action tonitruante, qui fait tout péter à l'écran.

Test Wolfenstein II the New Colossus

Notre avis sur Wolfenstein II The New Colossus

Beau, fun, jouable, ce Wolfenstein II se laisse parcourir avec plaisir. Manquant d'audace et de variété, le jeu est aussi un peu court. Comptez une quinzaine d'heures pour en voir le bout. Si la durée de vie est supérieure aux autres titres du genre, ce n'est pas forcément une raison pour s'en contenter. Et même si de petits assassinats se débloquent en guise de bonus, on ne fera, en fait, que rejouer certaines portions du jeu. The New Order se montrait plus long et plus varié.

Mais entre les dialogues et certaines situations cocasses, l'action de fou furieux, et ce gameplay très réactif, le jeu est une réussite. Et si on aurait apprécié un petit peu plus de variété et de subtilité. Il faut bien reconnaître qu'un Wolfenstein, c'est un peu comme un Doom : Il faut que ça arrache.

Points positifs +

  • Gameplay fluide et dynamique
  • Ça envoie du plomb
  • Corps à corps redoutable
  • Ambiance toujours aussi géniale
  • Réalisation réussie

Points positifs -

  • Niveaux répétitifs
  • Pas de sniper, pas de furtivité
  • Quelques faiblesses techniques
  • Un peu court, quoiqu'on en dise

Trailer de Wolfenstein II The New Colossus :

Graphiste de profession et rédacteur passionné. Joueur depuis l’âge de 5 ans, j’ai fait mes armes sur l’Atari 2600 avec Space Invaders, en passant par l’Amstrad CPC 6128, l’Amiga 500+ ou la Megadrive. Actuellement joueur console sur PS4, mais toujours sur PS3 et 360. Mes genres favoris : Aventure, Action, Infiltration, Survival, FPS, Plateforme, Stratégie et Réflexion.

  • Playstation -
  • Playstation 2 -
  • Playstation 3 -
  • Playstation 4 -
  • XBox -
  • XBox 360 -
  • XBox One S -