Test Saint's Row: The Third ... envie de n'importe quoi ?

Publié le 24 avril 2012

  • Titre: Saint’s Row: The Third
  • Editeur: THQ
  • Développeur: Volition
  • Type: action
  • Prix: 60€ neuf
  • Plateformes: Xbox 360, PS3, PC

La série des Saints Row a souvent été considéré comme un simple GTA-like. Grâce à cet opus, THQ et Volition ont prouvé avec ce troisième titre que cette série possède vraiment un univers qui lui est propre et qu’il ne s’’agit pas d’’une pâle copie d’’un autre jeu.

Test Saint's Row: The Third ... envie de n'importe quoi ?

Le scénario de SR1 n’’était pas très poussé. Cependant des efforts avaient été faits quant à celui de SR2. Mais nous sommes ici pour parler de SR : TT. Le scénario reprend globalement celui du 1, en tout cas en ce qui concerne les grandes lignes. En effet, fauchés et perdus dans une nouvelle ville les saints doivent repartir de zéro et bâtir un nouvel empire. Ce qui implique d’’anéantir les trois gangs présents à savoir les geeks, les catcheurs et les mafieux. Voilà grosso modo ce à quoi nous devons nous attendre dans ce nouvel épisode. Rien de spécialement révolutionnaire en somme cependant, les nouveautés ne sont pas réellement à chercher dans le scénario.

Le gameplay lui réserve nombre d’’innovations et d’’ajouts donnant à ce jeu toute sa démesure. Tout d’abord la possibilité de faire des attaques au corps à corps simples, ou des attaques en pleine course, voire des attaques puissantes. Les attaques simples sont accessibles grâce à une seule touche. Les attaques en pleine course sont réalisables à l’’aide de deux touches, la touche de course puis la touche de frappe. Les effets sont variables, on peut donc faire du body surf, réaliser des prises de catch ou encore jouer à saute-mouton-je-t’éclate-la –tronche. Enfin, les attaques puissantes sont accessibles grâce à une touche puis nous avons droit à une scène QTE. Ensuite nous pouvons ajouter certaines possibilités offertes par ce jeu. Nous avons désormais la capacité d’’améliorer les armes de notre personnage. Autrement dit, nous passons d’’un fusil à pompe old school à un fusil à pompe possédant des munitions incendiaires. La personnalisation des véhicules a été améliorée, de plus le menu de personnalisation a été simplifié.

Les graphismes ont été plus travaillés que lors des opus précédents. Le résultat est un jeu vidéo aux graphismes de comics américains déjanté. Cependant certains des reproches ayant été faits aux précédents opus n’’ont malheureusement pas été corrigés. Certains clippings et autres aliasings subsistent et viennent gâcher le plaisir que l’on prend lorsque nous jouons. Les personnages ont chacun connu une innovation stylistique. Johnny Gat abandonne ses pics blonds et arbore une coupe de cheveux sobre. Les cheveux noirs plaqués vers l’’arrière. Shaundi a défait ses dreads et est coiffée comme une femme a peu près respectable. Pierce a lâché le gangsta et dit bonjour au costume blanc avec la chemise violette. De nouveaux venus font leur apparition. Tout d’’abord Oleg, un génie Russe à la carrure de colosse, le crâne rasé. Environ 2 mètres pour 200 kilos, voici une recrue de poids pour les saints.

Vient ensuite Kenzie Kinsington, une ancienne du FBI ayant été recruté par le syndicat et qui fait maintenant partie des Saints. C’’est le génie de l’’informatique du Gang. Une hackeuse de génie aux allures de jeune fille sage, des cheveux flamboyant et des lunettes. Angel de la Muerte, un catcheur, anciennement champion et partenaire de KILLBANE le chef des Luchadores. Fin mais musclé, Angel représente l’’âme du catch. Vient enfin Zimos, un Mac noir se baladant avec une canne micro qui lui permet de parler. Il s’’occupe du proxénétisme à steelport. Les Membres du syndicat portent une étoile sur leurs vêtements en guise d’’emblème. Les Morning stars sont habillés en rouge et noir (comme la chanson), les Luchadores sont habillés en vert et noir et le Deckers portent des vêtements bleus électriques et noirs. Les graphismes de la ville sont magnifiques et variés, lumineux par endroits et sombres en d’’autres lieux, nous trouvons donc une grande avenue, un quartier industriel et un quartier résidentiel, sans compter l’’île de la statut, le port et les autres grandes parties de la map.

Passons maintenant à la bande-son. Un pur moment de bonheur. Je ne suis certes pas fan des musiques autres que rock et métal, mais je dois avouer que les musiques collent parfaitement avec l’’ambiance du jeu. Sur ce point la il n’’y a rien à dire. Là où la bande son est réellement unique c’’est en ce qui concerne les voix. Tout d’’abord, Johnny Gat est interprété par Daniel Dae Kim. Angel de la Muerte est incarné par l’’inimitable Hulk Hogan. Shaundi à la voix de Danielle Nicolet et Oleg Kirrlov est interprété par l’’athlète le plus large au monde, The Big Show. Enfin les sœurs Dewinters sont interprétées par Sasha Grey. La durée de vie est conséquente pour un saints Row. Il faut compter environ 15 heures pour finir l’’histoire principale. Pour finir le jeu à 100% il faut compter environ une trentaine d’heures. SRTT est le plus long des trois jeux que compte cette licence et ce n’’est pas plus mal. On ne voit pas le temps passé et c’’est tant mieux.

NOTES :

  • Scénario : 14/20
  • Gameplay : 16/20
  • Graphismes : 15/20
  • Bande-son : 14/ 20
  • Durée de vie : 15/20

NOTE GENERALE: 16/20

Les plus:

  • Personnages sympathiques
  • dialogues
  • Univers décalé.

Les moins:

  • quelques clipping et aliasing
  • certains personnages ne sont pas mis en valeur.

Conclusion:

Saints Row the Third est une des bonnes surprises de la fin d’’année 2011. Les développeurs s’’affirment enfin et osent mettre en avant leur univers. La plupart des défauts ont été éliminé cependant les problèmes techniques tels les clippings et les aliasings restent présents, malheureusement. Cependant cela n’’entache pas le plaisir de jouer et c’’est tant mieux, je n’’ai qu’’une seule chose à ajouter : Vivement Saints Row 4.

« -Vous devez vous demander pourquoi vous êtes toujours en vie ?-En réalité, je me demande pourquoi mon poing n’est pas encore dans ta gueule. »