Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

Publié le 9 mai 2012

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génialTitre: L.A Noire

Editeur: Rockstar

Developpeur: Team Bondi

Type: Aventure/action

Plateforme: Xbox 360, PS3

Pegi: 18

Longtemps attendu par la communauté des gamers, L.A Noire, ce jeu que l’on pourrait qualifier de film interactif n’a pas déçu. Autant le dire tout de suite, beaucoup l’assimilent à un jeu d’aventure et de Gta-Like, ce qui est totalement faux, vous en connaitrez les raisons un peu plus loin dans ce test. Si vous passez vos journées à regarder vos vieux films noirs dans lesquels règnent la malfaisance, la drogue, les meurtres et tout ce qui va avec, alors vous pouvez dès aujourd’hui en être le principal acteur.

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

La Seconde Guerre mondiale est terminée, et, comme la plupart des rescapés américains de cette guerre, notre héros (Ou anti-héros, à vous de voir) Cole Phelps, a décidé de continuer à servir pour le bien de sa nation. Il s’est donc engagé dans le Los Angeles Police Department, plus communément appelé L.A.P.D. Le voici simple patrouilleur dans sa voiture de fonction, avec à ses côtés son partenaire de service. Vous me direz que, vu comme ça, ça laisse pas présager un scénario de béton. Comment un simple officier de police de… Los Angeles ? Ah, mais si je ne me trompe pas, dans les années qui ont suivis la guerre, L.A n’était elle pas une ville infâme où étaient omniprésents la corruption, la violence, et toute la panoplie qui fait qu’un simple policier peut très vite prendre du gallon ? Et bien si, et c’est donc sur ça que ce base l’évolution et l’avancée dans ce jeu. Simple patrouilleur, vous devrez faire vos preuves auprès de vos supérieurs hiérarchiques en ne vous contentant pas de ce que vous voyez, mais en poussant plus loin, en prenant de l’initiative.

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

Résolvez une affaire, et vous serez bien vu auprès de votre chef de département, qui pourrai être fier de vous présenter votre mutation au grade d’inspecteur du L.A.P.D. Une fois cela fait, vous passerez par plusieurs brigades de détectives. Vous commencerez par la brigade de la Circulation, et bien que le nom ne soit pas attrayant, ne vous fiez pas aux apparences. Par la force du destin (Ou pour le besoin du scénario) vous continuerez votre ascension hiérarchique, en arrivant ensuite à la brigade Criminelle, autant dire tout de suite que c’est la brigade dans laquelle le rythme du jeu est le plus soutenu, et où les affaires sont les plus intéressantes. Toujours dans la même optique, continuez jusqu’à la brigade des moeurs et narcotiques, dans laquelle vous verrez la deuxième partie la plus intéressante au niveau enquête. Un coup du destin (Encore lui) et vous vous retrouverez à la brigade des incendies criminels pour clôturer le tout en beauté. Je reviens maintenant sur « L.A Noire est GTA Like », que dire, si ce n’est Ha Ha ! Vous aurez beau chercher, à part croiser des passants ayant tous un air de famille et qui déambulent sans aucun but précis, il n’y a strictement rien (Pas même un Ciné !) à faire dans cette ville en dehors des enquêtes.

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

L.A Noire est bel et bien un jeu d’action, point barre. Bien sur, il ne suffit pas d’un scénario pour faire d’un jeu un excellent jeu comme l’est L.A Noire. Parlons par exemple des graphismes. Une palette de couleurs assez variée, une L.A fidèlement reconstituée dans laquelle se promener en voiture avec la sirène pendant que vous poursuivez quelques uns des plus horribles criminels est une véritable joie et est très agréable. Je ne peux pas parle de graphismes sans évoquer un des plus gros atouts du jeu, si ce n’est L’Atout de ce jeu, je parle bien sur du motion scan, qui contribue grandement au plaisir éprouvé pendant les interrogatoires et qui bien sur, fait parti intégrante du jeu car sans lui, vous ne pourriez pas déceler les faciès, les expressions indécelables, le regard qui dévie et vous ne pourriez donc pas dire si l’interrogé dit vrai ou s’il est en train de vous rouler dans la farine comme un bleu. Les visages sont tout simplement superbement bien réalisés, notamment celui de votre partenaire de la brigade des criminelles, je nome, Finbarr « Rusty » Galloway (« Detectives Phelps and Galloway, L.A.P.D, we have to ask you some questions»). Je reprocherai néanmoins une chose à ça, pas directement au motion scan, mais plutôt à la diversité des visages, car j’ai trouvé que les femmes avaient des visages étrangement similaires.

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

Outre cela, encore un petit point noir niveau graphique, les enquêtes de nuit, qui peuvent être très sympa car la nuit apporte une autre ambiance au jeu, mais franchement, allez poursuivre un psychopate dans un dédale de meubles et de maisons sans rien y voir ! Experience personnelle, pour une certaine enquête j’ai passé le jeu en Noir et Blanc (Sympa pour l’ambiance mais à ne pas laisser tout le jeu.) afin d’y voir quelque chose. Vous pouvez bien sur régler la luminosité au maximum, ce que j’ai fait et qui n’a pas suffit. Niveau Gameplay, le jeu est bien sur excellent. On vient de vous envoyer sur les lieux d’un nouveau crime. Le médecin légiste est déjà là pour vous donner les informations sur le décès. Commencez par examiner le corps de la malheureuse victime donc vous ne verrez toujours que le haut étant donné l’état des corps dans certaines enquêtes, pour des raisons de morale me direz vous. Vous remarquez une marque de strangulation, hop, un nouvel indice. Cherchez ensuite minutieusement les indices qui ne sont absolument pas difficile à trouver en raison des aides, avec une musique qui se fait entendre.

Vous pouvez, bien sur, désactiver ces aides réservées à ceux qui n’ont jamais fait parti du L.A.P.D (Dont moi) et profiter pleinement des enquêtes ardues. Vous tomberez de temps en temps, je ne sais pourquoi tout le temps sur ça, sur des bouteilles de bière ou des paquets de lessive sans aucune importance pour le bon déroulement de l’enquête. Tout est bon à prendre pour avoir le plus d’éléments pour les interrogatoires à suivre. En ce qui concerne ces derniers, vous aurez toujours sur vous l’objet de prédilection de Phelps, le calepin dans lequel sont répertoriés les indices, les lieux, les suspects. Et avec lequel vous bénéficierez d’une nouvelle aide, l’intuition, qui vous permet de révéler tous les indices ou d’enlever des choix à vos réactions lorsque vous posez une question, à savoir Vérité, Doute, Mensonge (« Je vais prendre le super moite-moite »).

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

Lorsque vous avez l’intime conviction que le suspect ment, faites le lui savoir, mais sachez qu’en lui portant de telles accusations, celui ci va s’offusquer et va vous demander des preuves de ce que vous avancez, il vous faudra donc lui présenter un des indices que vous avez recueilli pendant votre enquête en priant pour que vous ne vous trompiez pas. Mis a part tout ce qui concerne les enquêtes, vous êtes, rappelez vous, un membre de la Police, vous avez donc une arme, et elle ne sert pas de décoration (Bien qu’on ne la voie pas sur vous). Vous aurez a abattre certains suspects trop fous pour être arrêtes et jugés, vous devrez, pendant votre route vers le lieux du crime, répondre à un appel du central pour un délit en cours, et ça mènera de temps à autre aux rares gunfights du jeu. Un braquage de banque dans lequel vous descendrez les malfaiteurs au fusil (A moins que les descendre au pistolet ne vous amuse), caché derrière une voiture de police aux vitres éclatées, ces gunfights sont bien sympathiques mais trop peu nombreux. Afin de ne pas descendre certaines personnes lors de course poursuite a pied, vous pourrez utiliser un tir de sommation qui fera s’arrêter immédiatement le fuyant. Avant de passer sur la bande son, je voudrai faire un aparté sur un bout du scénario, les flash back, dans lesquels vous voyez Phelps lors de la guerre contre le Japon. Vous en apprenez tout au long de l’aventure un peu plus sur lui, au début vu comme un héros, vous apprendrez des choses sur lui qui risquent de nuire à sa réputation, et vous découvrirez que comme tout ses camarades de guerre qui ont mal tournés, Phelps à gardé des séquelles de cette guerre et à ressenti le besoin d’être admiré, célèbre et intouchable. Je n’en dis pas plus, mais gardez à l’esprit que ce jeu est un « film » noir.

Une chose sans laquelle ce jeu ne serait pas aussi immersif, la bande son. Une véritable joie d’entendre à la radio les chansons de Jazz d’époque, les émissions radio (toujours d’époque). Les doublages sont excellents, et on ne se plaint pas qu’il n’y ai pas de doublages français ! Le bruit des armes est très crédible, les voitures aussi, on ne trouve pas grand chose à redire sur cette bande soin tout simplement excellente. Pour terminer ce test, la durée de vie. Et bien, comptez environ 15heures pour terminer le jeu sans trop vous occuper des appels du central et des choses (Voitures cachées, monuments) supplémentaires. Je dois avouer que j’ai été un petit peu déçu par cette durée de vie, on aurait aimé quelques 5 heures de jeu en plus, minimum, tellement ce jeu est bien.

NOTES: 

  • Scénario: 18/20
  • Gameplay: 19/20
  • Bande son: 18/20
  • Durée de vie: 15/20
  • Graphismes: 18/20

NOTE GENERALE: 19/20

Les +:

  • Le scénario
  • L’ambiance
  • Les enquêtes
  • Le système de grade
  • Le motion scan

Les – :

  • La durée de vie
  • Les enquêtes dans la nuit

Conclusion:

La Team Bondi nous a pondu un chef d’oeuvre à la dimension de nos attentes, c’est à dire énorme ! Enfilez votre costume et votre chapeau, cirez vos chaussures, chargez votre pistolet, et laissez vous transporter dans L.A des années 40 dans ce jeu où le scénario colle parfaitement à ce que nous attendions, où les graphismes sont sublimes, notamment les visages, où le Gameplay est aussi divers que les crimes qui se déroulent à L.A et où la bande son rajoute un enorme plus à l’ambiance déjà soignée de ce jeu. A faire absolument !

Test L.A Noire: Un polar sombre plutôt génial

« Baby, The case is closed, because i’m guilty »