Le Jeu-Vidéo, Un monde en mouvement

Publié le 13 avril 2018

Il y a encore quelques années le jeu vidéo évoluait en marge des autres divertissements. En France, la culture vidéo-ludique souffrait d’une image négative auprès du grand public. De par sa dimension ludique et récréative, le jeu vidéo était un loisir destiné aux enfants avant tout. Jouer à des jeux vidéo au-delà d’un certain âge faisait de vous quelqu’un d’immature, un “Nerd”.

Aujourd’hui, pourtant, il est devenu branché d’être geek. Mais alors comment a t’on fait pour passer d’un statut de loisir marginal à un business dépassant le cinéma lui-même? Et si le jeu vidéo a grandi, mûri comme les enfants que nous étions, quelle place tient-il aujourd’hui dans nos loisirs et ceux du grand public ?

On peut parler ici de démocratisation de la culture geek et de ce qui nous intéresse aujourd’hui, du jeu vidéo. N’importe qui aujourd’hui est capable de citer les grandes firmes du jeu vidéo ou certains héros que nous incarnons manette en main, y compris les plus vieux d’entre nous.

Le Jeu-Vidéo, Un monde en mouvement

Toujours plus beau

Premier pilier de cette démocratisation : le progrès technologique. Cela paraît évident, mais on ne sortait pas les mêmes jeux sur Magnavor odyssey (toute première console) que sur nos bébés d’aujourd’hui que sont la PS4 et la XBOX ONE. Nous en sommes déjà à la 8e génération de consoles et ce n’est que le début. Le constat est le même sur PC, au fil des années et des générations, il est de plus en plus agréable de jouer, tant visuellement qu’au niveau du gameplay.

Face à des rendus toujours plus poussés et des contenus toujours plus immersifs, le jeu vidéo attire un nouveau public amoureux du grand spectacle. La mise en scène et l’immersion sont devenues des critères de qualité.

L’avènement des smartphones a encore accéléré ce processus, ce qui n’était qu’un téléphone auparavant devient un support de jeux à part entière. Les gens qui se moquaient des gamers il y a quelques années s’éclatent aujourd’hui sur Candy Crush et autres Clash of Clans, des jeux devenus de véritables pompes à fric et regroupant des millions d’accrocs.

Dans le futur, c’est sans doute la VR qui aura un rôle important à jouer dans la démocratisation du jeu vidéo. Si elle a de gros progrès à faire en terme de rendu, la technologie qu’elle propose et l’immersion qui en découle sont déjà bluffantes et promettent un avenir radieux pour les jeux du futur.

Plus proche de nous, on estime que d’ici 5 à 10 ans, la puissance des machines et des moteurs graphiques permettra d’atteindre un niveau de détail digne des effets spéciaux du cinéma. En voici un exemple avec la dernière démo technologique du moteur Unity présentée en ce début d’année.

Que la lumière soit

Comment aborder l’évolution du jeu vidéo sans parler de cet outil miraculeux qu’est Internet. Si on y prête attention, le nombre de joueurs a augmenté en même temps que les gens s’équipaient en connexion internet.

Plusieurs facteurs simples expliquent cela : l’apparition des jeux en ligne (Merci WoW, aujourd’hui LoL, Dota, CSGO, Fortnite…etc). Ça n’a l’air de rien, mais il y a encore une vingtaine d’années, pouvoir affronter des gens sans être physiquement avec eux relevait du fantasme. Aujourd’hui, c’est le quotidien de millions de joueurs.

La publicité moins chère sur internet a également joué son rôle, véritable cadeau pour une industrie qui en était encore à ses débuts. De plus les échanges entrent les communautés de joueurs sont facilités, on a ainsi vu l’apparition de sites spécialisés.

Aujourd’hui encore à l’aube de la dématérialisation, internet est toujours le média privilégié du jeu vidéo et de ses transformations sur le marché.

En bref, plus que pour tout autre divertissement, le jeu vidéo a largement profité de l’essor d’internet pour se démocratiser. Les jeux les plus rentables, aujourd’hui, sont d’ailleurs les jeux multijoueurs en ligne.

Plus récemment on a pu observer l’énorme croissance du streaming lié à l’Esport et au développement de plateformes comme Twitch et Youtube.

Mais si ce sont bien les industriels du jeu qui profitent le plus de son essor et c’est avant tout par leur biais que s’est formé le jeux vidéo comme un divertissement toujours plus accessible et toujours plus attirant. Il n’y a qu’à se pencher sur la dynamique des Free to Play pour s’en rendre compte, la grande époque des MMO gratuits à laissé place aux MOBAs, aujourd’hui remplacés par les jeux Battle Royal. Et si les tendances se suivent, ce sont bien les Free to play qui attirent le public le plus large.

Nintendo : Le retour aux sources bienfaiteur

Aujourd’hui, nous ne jurons que par des définitions toujours plus hautes et des graphismes toujours plus beaux, c’est parfois la première caractéristique d’un jeu qui nous intéresse, si un jeu est techniquement en dessous l’intérêt porté par les joueurs en sera de même. Pourtant un irréductible japonais continue encore et toujours de résister à cette tendance marketing du « toujours plus réaliste ».

Si beaucoup de gamers ont critiqué le géant Nintendo pour son approche « casual » du jeu et la faiblesse technique de ses consoles, la firme japonaise est longtemps resté n°1 des ventes de consoles de salon et écrase encore le marché des consoles portables.

En laissant se battre Playstation et Xbox sur le même terrain de la « Hdéisation », Nintendo et la Wii se sont en fait créés un nouveau marché pour elles toutes seules, celui du jeu vidéo convivial, fun et sans pression. Et c’est justement ce parti pris risqué qui a en grande partie permis le développement économique du jeu vidéo dans son ensemble.

Nintendo en prenant tout le monde de court a permis les beaux jours de toutes les consoles y compris celles de ses concurrents. La wii et la Nintendo DS sont devenu des produits qui ont fait découvrir le jeu vidéo à des publics qui de base n’y était pas intéressés (les joies de wii sports en famille!). À partir de là, les clichés sur les joueurs s’effacent peu à peu et jouer devient un loisir comme un autre.

Des consoles donc « passerelles » qui ont propulsé le jeu vidéo au rang de premier loisir du monde d’un point de vue économique.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, la Wii fût la console de 7e génération la plus vendue dans le monde. En 2009, Wii sport est même devenu le jeux le plus vendu de l’histoire… Dans le même temps, l’âge des joueurs est de plus en plus diversifié. Aujourd’hui, les joueurs de plus de 30 ans représentent 35% du marché des jeux console.

Entretenir la flamme

Au-delà du fait que le jeu vidéo est plutôt un loisir de riche (du moins, si on veut pouvoir profiter des dernières grosses productions), il faut bien avouer que les éditeurs et les studios ont toujours su nous faire rêver, petits gamers que nous sommes.

Avec le temps, ils ont gagné en savoir faire et nous proposent des aventures toujours plus épiques, des univers toujours plus riches.

Pour les amoureux du jeu vidéo dont je fais partie, il est devenu un art à part entière qui est capable de véhiculer des émotions toujours plus variées et toujours plus fortes.

Pour créer un jeu il ne suffit plus de quelques programmeurs, aujourd’hui des dizaines de personnes s’acharnent pour écrire un scénario, modéliser les décors, les personnages, composer une bande-son, des cinématiques…Tout en gardant à l’esprit que tout doit correspondre à l’esprit du jeu lui même. C’est cette diversité dans les arts et techniques de création qui font aujourd’hui la diversité et la beauté du gaming.

Voici une courte vidéo dans laquelle on se rend compte de la montagne de travail que peut représenter une simple cinématique.

Cette diversité, on la retrouve également dans les types de jeux qui peuvent sortir tout au long de l’année. À chaque jeu son public. Les joueurs de fifa ne sont pas les joueurs de Civilisation ni ceux de MMO.

En fait, chaque joueur à sa personnalité, sa façon de jouer et donc des jeux qui lui sont propres. On compte aujourd’hui un nombre incalculable de genres et de façons d’aborder le jeu vidéo. On joue à sa manière comme on écoute un style de musique qui nous est propre…

Le jeu vidéo en est toujours à ses débuts. Notre manière de jouer évolue d’année en année au rythme des sorties et des modes. Impossible de dire à quoi et comment nous jouerons dans dix ou quinze ans. En revanche, une chose est sûre, j’ai hâte d’y être !

(Sources : GfK / avril 2014 / mars 2015, unity3d.com/fr,)


Thomas  
  • moussaillon_fr
«La folie c’est refaire sans arrêt exactement la même connerie qu’on répète sans arrêt, en espérant que ça change » - Vaas
  • PC Windows
  • PC Windows -
  • Android
  • Smartphone / Tablette Android