Overwatch : trois mois après, le bilan

Publié le 12 août 2016

Le nouveau jeu de Blizzard, Overwatch, ne cesse de s’arroger les louanges de la presse et du public. FPS aux graphismes fortement inspirés de films d’animations, Overwatch séduit par sa formule simple, et une ambiance particulière. Est-ce une réussite ? A vous de le découvrir dans notre avis !

Overwatch : trois mois après, le bilan

Overwatch: un concept simple, mais efficace

On ne va pas se le cacher, Overwatch est un copié-coller du vénérable Team Fortress 2. Ce jeu gratuit sur Steam a pris au fil des années une ampleur gigantesque, et 10 ans après on retrouve toujours énormément de personnes dessus. Le concept est simple: deux équipes de joueurs, différentes classes qui se jouent en symbiose sous peine de perdre, un objectif à escorter d’un point A à un point B/des points à capturer.

So far,  rien de très complexe.

Overwatch reprend la formule avec brio, en la peaufinant comme seul Blizzard sait le faire le genre (Dans le même genre, Heroes of the Storm est un MOBA accessible à tous, mais qui peut à haut niveau devenir très dur). Des graphismes entre le cell-shading et l’animation (ça me fait beaucoup penser à Big Hero 6), des personnages attachants (avec une backstory qui les lient tous) rajoutent un petit plus très agréable, une vraie sensation de jeu fini.

C’est d’ailleurs sur cette backstory que repose toute l’histoire du jeu. Des robots conscients, les Omniaques, décident d’entrer en guerre contre l’Humanité. Laquelle, après avoir combattue isolée, créée Overwatch, un corps d’élite composé des meilleurs soldats du monde entier. Leur rôle: décimer le soulèvement robotique. Cependant, une fois la guerre terminée, des questions se posent quant à l’utilité de l’organisation, qui finit par être démantelée. *

L’instabilité force le gorille savant Winston à réactiver les réserves, et relancer Overwatch dans la bataille contre un ennemi déterminé !

On découvre des pans de l’histoire via des vidéos très réussies, ou des BD qui sortent à intervalle régulier.

Un gameplay très abordable

Quatre classes se partagent la gloire, à savoir « Attaque », « Défense », « Tank » et « Soutien ». Chacune représente différents personnages, qui auront un rôle bien particulier pendant la partie. Faire des dégâts, protéger, healer, harceler de loin, ou y aller franco au corps-à-corps, chaque perso aura son domaine de compétence !

Vous aurez besoin des touches suivantes: Clic droit, clic gauche, E, Maj. Rien de plus facile pour lancer vos attaques et vos capacités (hormis ZQSD hein). Ne reste qu’à prouver votre valeur en lâchant votre ulti au moment opportun, et vous voilà capable de jouer à Overwatch. Le niveau augmente assez rapidement, à mesure qu’on monte en grade, mais il n’est pas impossible de prendre son pied, car c’est plus la performance d’équipe qui joue. Avoir des joueurs individuellement très forts, mais incapables de faire une action en équipe aura tendance à desservir ladite équipe, plutôt qu’à l’améliorer.

Les maps sont variées, plutôt jolies et surtout faciles à prendre en main, avec des possibilités de déplacement en 3D pour les persos qui peuvent voler ou utiliser un grappin/grimper. Ces petits nids de pie sont d’ailleurs à surveiller si vous ne voulez pas vous prendre une roquette, ou une balle de Fatale ! On se balade en Egypte, à Londres, au Brésil, ou en Espagne dans des environnements semi-destructibles.

La qualité Blizzard

Lancer un jeu est relativement facile. Garder un public intéressé est une autre paire de manche. Cependant, Blizzard est connu comme capable de tenir en haleine les joueurs de ses 4 univers (5 maintenant), et avec son contenu régulier (tant en  nouveaux personnages, qu’en équilibrage de jeu). Je pense que le jeu a de beaux jours devant lui, quant on voit ses « concurrents » lutter pour garder ne serait-ce que leurs joueurs, alors que Blizzard s’adapte à l’actualité, et propose pendant les JO des tenues à thème, ainsi qu’un mini-jeu à la Rocket League. C’est pas beau tout ça ?

Conclusion

Overwatch s’est établi comme un jeu solide, avec un contenu en constante évolution. C’est un gros plus pour un jeu qui, vu comme ça, n’a que deux modes de jeu. Personnages attachants, système de jeu nerveux adapté aux casuals tout comme aux hardcore gamers, Overwatch a tout pour séduire, et le fait très bien. Si jamais vous hésitiez à rejoindre l’aventure, n’attendez plus, c’est un gros oui pour nous !