Des infos pour Assassin's Creed IV Black Flag

Publié le 9 mars 2013

Prévu pour le 31 octobre sur les consoles et PC, Assassin’s Creed IV Black Flag revient à travers de nouvelles informations.

Edward a quitté l’Angletterre par l’appât du gain et le souhait de vivre de grandes aventures. Possédant un sale caractère, il rejoint les Assassins mais devient surtout un pirate durant l’âge d’or de la piraterie.

Le vaisseau de la troupe d’Edward, le Jackdaw, devra être amélioré avec de nouveaux canons, du bois plus résistant (Comme dans AC III) Ce sera votre meilleur moyen de transport car vous verrez la mer durant près de 40% du jeu. Sans certaines améliorations, il ne sera pas possible d’atteindre certaines localisations. Bien entendu, en tant que pirate, il sera grandement recommandé d’attaquer n’importe quel navire croisé en mer.

Présence de nombreux pirates ayant réellement existés : Barbe Noire, Charles Vane, Calico Jack, Anne Bony, Ben Hornigold…

Certains événements réels seront repris, tel que l’assault de Bartholomew Roberts visant 42 navires marchands portugais ou bien le naufrage de 11 galions espagnols remplis d’or durant une terrible tempête.

Les développeurs font de nombreux efforts pour améliorer les mécanismes de l’infiltration, fort utile pour l’exploration des îles habitées par de nombreux ennemis, entre autres.

L’argent servira à améliorer le bateau, l’équipement d’Edward et permettra également de recruter de nouveaux membres d’équipage.

Monde totalement ouvert avec aucun temps de chargement. 50 lieux différents : jungles, cavernes, temples Maya, villages de pêcheurs et notamment 3 villes importantes : La Havane, Kingston et Nassau.

Premier épisode de la série où le héros peut plonger profondément sous l’eau afin d’explorer les fonds marins.

Assassin’s Creed IV Black Flag sera à peu près réaliste, violente, sanglante et sale (dans tous les sens du terme).

Le multijoueur restera similaire à celui des autres épisodes de la série.

Pour finir, il sera possible de chasser la baleine (D’ailleurs la PETA a dénoncé cet acte violent, même en virtuel)